21 février 2011

autour de Fabienne Clin

CHEVAL DE MANÈGE

D’après une aquarelle de Fabienne CLIN

Chaque été, lorsque je vois les manèges

Les odeurs de mon enfance

Surgissent sur la place.

Entre les chevaux de bois

Et la barbe à papa.

L’orgue de barbarie

Fait entendre sa musique

Et moi en descendant

J’avais le vertige.

Dans une brume légère,

Il m’en souvient ma fille,

Les chevaux tournaient

Au son d’une ritournelle

Je pensais qu’ils étaient bien appris

De tourner en rond sans plus de façon ;

Avec lenteur, avec douceur.

Au rythme de la chanson

Dans mon esprit d’enfant

Ils conversaient ensemble

Ces jolis chevaux de bois

Blancs harnachés de rouge.

Je les imaginais,

Tout au fond de mon rêve

S’échangeant des souvenirs

D’herbe tendre et d’air pur.

Ils se parlaient

De courses folles

Sur la lande

et des chemins de caracole.

Un cheval se cabrait

Sous l’œil de ses complices

Dans une lumière magique

Qui lui donnait vie

Il descendait du manège

Galopant vers la liberté

Lui l’élu, le rebelle

Il illuminait mon rêve.

Texte collectif issu du lundi 15 novembre à l’Équitable de Douai

Posté par CENACLE DOUAYEUL à 19:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur autour de Fabienne Clin

Nouveau commentaire